Bébé / Nourrir Bébé

Diversification alimentaire

Portrait pharmacien

Après six mois au plus tard, le lait maternel ne suffit plus à couvrir tous les besoins en nutriments de bébé. Pour bien se développer, il a besoin d'aliments adaptés. Ce terme regroupe tous les aliments apportés en complément de préférence sous forme de bouillie. Dès le septième mois ( et au plus tôt dès le cinquième ), le lait maternel ou la préparation pour nourrisson doit être complété par des aliments adaptés.

Prêt à manger

Jusqu'à maintenant, bébé n'a fait que téter. Il doit maintenant apprendre à pousser la bouillie vers l'arrière avec la langue et à déglutir. Cela peut commencer dès que l'enfant parvient à rester assis et s'intéresse à la nourriture.

Lors des premiers repas à base de bouillie, il s'agit surtout de faire connaître à l'enfant différents goûts et consistances et moins de veiller à ses apports nutritionnels. Le nourrisson devrait peu à peu manger de plus grandes quantités de nourriture, jusqu'à ce que tous les repas lactés soient remplacés. A la fin de sa première année, bébé devrait manger trois à quatre repas de bouillie par jour en plus des deux repas lactés ( sein ou biberon ), généralement pris le matin et le soir avant le coucher.

Choix des aliments

Le choix des aliments dépend de la culture des parents et n'est pas déterminant au niveau de la physiologie nutritionnelle.

Dans les pays du Nord, la tradition veut que l'on donne d'abord de la bouillie de céréales, de la purée de carottes et de pomme de terre. Chez nous et dans les pays du Sud, de la purée de fruits. Dans l'idéal, bébé reçoit la même chose que le reste de la famille, mais sous forme de purée et sans sel.

Le plan d'alimentation de la Société Suisse de Pédiatrie ( voir http://www.lespediatres.ch/uploads/pdf/ernaehrungsplan_f_vers002.pdf ) montre à partir de quel âge les différents groupes alimentaires peuvent être introduits. C'est une présentation assez ouverte en raison des différentes cultures et traditions. La règle est de n'introduire un nouvel aliment que tous les trois à quatre jours afin de pouvoir réagir en cas de signes d'intolérance. Les pédiatres recommandent de ne pas donner d'aliments complémentaires sous forme liquide en raison du risque de suralimentation.

Les céréales contenant du gluten comme le blé, le seigle ou l'orge ne doivent être introduites qu'en petites quantités. Dans l'idéal, il faut les introduire encore pendant la période d'allaitement car cela peut avoir un effet préventif sur l'apparition de la maladie coeliaque.

Après six à huit mois, les réserves en fer du nourrisson sont presque épuisées. Pour couvrir ses besoins, bébé a alors besoin de 10 à 20 grammes de viande ou d'un demi-oeuf par jour. Ce qui signifie concrètement : ajouter trois fois trente grammes de viande par semaine dans sa purée. La vitamine C aide à l'assimilation du fer d'origine végétale. Ajouter une cuillère à soupe de jus d'orange est le moyen le plus simple de mettre ce conseil en pratique.

Apports énergétiques

Pour que les besoins énergétiques du nourrisson soient bien couverts, il a besoin dès le septième mois d'une cuillère à café d'huile de colza par jour. Les acides gras polyinsaturés de cette huile sont essentiels pour le développement du cerveau et de la vue du nourrisson. Il est préférable de choisir une huile de colza pressée à froid.

Primordial : le sentiment de sécurité

En plus de toutes les recommandations, les rapports harmonieux entre le nourrisson et ses parents constituent la base de toutes les expériences alimentaires positives. Si les parents sont inquiets, hésitants et changent sans arrêt de préparation lactée, bébé sera désorienté, ce qui peut, dans le pire des cas, conduire à des troubles alimentaires. En revanche, s'ils transmettent un sentiment de sécurité, bébé se sentira protégé, ce qui l'incitera à boire et manger mieux.